Warning: array_merge(): Argument #2 is not an array in /home/casavac6/public_html/wp-content/plugins/cookie-notice/cookie-notice.php on line 104
La légende d’Ulysse et Polyphème - Case Vacanze in Giardini Naxos & Taormina

La légende d’Ulysse et Polyphème

Ulysse, roi d’Ithaque, une île grecque, dans son pèlerinage avec ses douze navires dans la mer Méditerranée, a eu un rencontre avec la colère de Zeus, qui avait déclenché une tempête, et Ulysse et ses hommes étaient tellement ballottés qu’ils ont perdu la notion du temps, et ils ne pouvaient plus naviguer. Alors ils ont vu un’ île, grande et verte, parsemée de rochers et de criques créés par des coulées de lave préhistoriques, et ils ont vu un volcan fumant qui jetait en l’air des lapillis incandescents, mais ce volcan était aussi blanc de neige est paraissait très beau. Ensuite, ils ont notés des troupeaux de moutons bien nourris sur les pentes du volcan. À cette vue magnifique ils ont sauté de joie, mais ils ne savaient pas d’être arrivés en Sicile, le pays des Cyclopes.

Dans l’île dulisse-sfugge-alle-ire-di-polifemo-300x186e la Sicile, à proximité du volcan Etna, vivaient sept frères et ils étaient tous gigantesques et terribles. Les noms de quatre d’eux sont connus : Brontès, Stéropès, Argès et Polyphème, qui était l’aîné et le plus monstrueux. Polyphème avait un lien particulier avec son frère Brontès. Ils étaient les fils de Poséidon et ils appartenaient à la race des Cyclopes, ils avaient un œil unique au milieu du front. Ils vivaient tous de pastoralisme, et ils étaient grossiers et méchants. Lorsqu’ils voyaient des navires à l’horizon ils se cachaient pour les espionner, chacun avec son œil plein de veines rouges – des yeux qui émanaient leur haine et méchanceté envers les humains. La pensée de les rencontrer étaient suffisante pour mettre peur à n’importe qui. Quand les navires étaient près les Cyclopes lançaient des pierres et des rochers contre ces navires malheureuses, mais à cause de leur œil unique ce n’était pas souvent qu’ilscentraient. Les rares fois qu’ils réussissaient dans leur méfait ils devenaient tellement excités qu’ils battaient leurs poings avec toute leur force surhumaine sur le terrain, créant ainsi des trémolos et des bruits assourdissant dans toute l’Île. Polyphème faisait paître ses troupeaux quand Ulysse et ses compagnons sont arrivés à son énorme caverne, et croyant en l’accueillance des Cyclopes, ils avaient apporté beaucoup de vin en cadeau. Ils sont restés là à attendre le retour de Polyphème pour fêter avec lui. Ils ont entendu le bruit de pieds gigantesques qui a fait trembler les rochers. Effrayés, ils se sont cachés derrière un rocher dans la caverne. Ils ont vu arriver un géant de l’air affreux, qui s’est accroupi à l’entrée de la caverne en disant avec une voix rauque : “Viens ici, mon troupeau. Venez vous faire traire de Polyphème. ” Ulysse a sursauté. Il avait entendu parler de Polyphème et des Cyclopes et savaient qu’ils étaient en difficulté. En effet, ils ne travaillent pas la terre “.. confiant dans les immortels “, ils ne savent pas naviguer, et ne vivent pas dans des groupes grandes mais dans des petits groupes et avec leurs familles” .. chacun commande sur les enfants et les femmes, indépendamment de l’autre .. “.. Ils n’ont pas de réunions de conseil, aucune loi ..”. Une fois entré dans la caverne, le cyclope a allumé le feu, et seulement lorsque les flammes ont grandi et sont devenues lumineuses Polyphème a vu les douze hommes cachés derrière le rocher. Il a poussé un rugissement assourdissant de colère : “Les étrangers, les voleurs de moutons! Je vais vous faire en morceaux et vous manger pour le dîner! ” Quelqu’un des hommes est mort de peur, et un moment plus tard Polyphème a saisi deux hommes et il les a mis dans sa bouche gigantesque, et ils les a meulé avec ses dents pointues. Ensuite, après avoir roulé une grosse pierre devant l’entrée de la caverne, il s’est couché pour dormir. Quand ses ronflements résonnaient entre les murs, Ulysse a tenté d’élaborer un plan, mais il n’y est pas réussi. Donc, le lendemain matin, le géant a pris deux autres hommes, et les a dévoré comme il avait fait avec les deux premiers. Après cela Polyphème est sorti avec ses moutons, et il a de nouveau mis l’énorme pierre devant l’entrée de la caverne. Ils étaient pris au piège! Ulysse a observé un tronc d’arbre jeté par terre et il a eu une idée. Ensemble les hommes ont aiguisé ce tronc jusqu’à ce qu’il est devenu une longue perche aiguisée. Ils se sont cachés de nouveau dans leur coin quand Polyphème est revenu à la caverne. Comme la veille, le cyclope a trait ses moutons et il a dévoré encore deux hommes. Puis il a fait un rot puissant, et après avoir roulé le rocher devant l’entrée il s’est mis par terre. Mais cette fois il ne s’est pas endormi immédiatement et Ulysse est sorti pour lui parler. “Cyclope, oh Cyclope, peut-être vous souhaitez un peu de vin couleur rubiulisse-acceca-polifemo-2-300x195s, après ce grand repas de viande. Savez-vous que le vin rouge se marie bien avec des grands morceaux de viande oh grand Cyclope ?” (et là nous avons le premier sommelier dans l’histoire). ” Nous voulons vous faire goutter cette boisson que nous avons emmené”, a dit Ulysse timidement, avec une boule dans la gorge en pensant ä la perte de ses hommes qui avaient été dévorés. Et Polyphème a répondu: «Comment osez-vous me conseiller quoi faire, et qui êtes-vous?” Et Ulysse a répondu, bien conscient de ne pas pouvoir dire la vérité : « Mon nom est Personne, et je suis le commandant de ces hommes malheureux venus par erreur à vous déranger. » “Polyphème a hésité un moment, restant suspecte de cette confiance. Maintenant le feu dégageait une chaleur agréable. Polyphème qui gisait à côté du feu a tendu ses mains énormes pour les réchauffer. «C’est bien, dit-il. “Vous les hommes, vous êtes des petites créatures insignifiantes, mais vous avez allumé un feu formidable.” Ulysse a fait semblant d’être reconnaissant : “Nous voulons juste vous servir, grand Polyphème». Polyphème a pris le bol de vin que Ulysse lui a offert, et il l’a bu tout d’un coup. Évidemment la boisson douce lui est plu, et il en a demandé encore: «Donne-moi encore de cette boisson, mon garçon. Dites-moi à nouveau votre nom immédiatement, maintenant. Je tiens à vous laisser le don de l’hospitalité, et vous allez être content. Les Cyclopes produisent également du vin, mais la boisson que vous avez porté est un flot de nectar et de l’ ambroisie. «Cyclope, vous me demandez encore mon nom célèbre, et je vais vous le dire: vous me donnez, vous le promettez, le don de l’hospitalité. Personne est mon nom, Personne m’appellent ma mère et mon père et Personne m’appellent tous les autres camarades, et je suis le commandant des marins qui ont été perdus à cause de la tempête. “” Eh bien (dit le Cyclope) le don que je vais vous faire ce que je vais vous manger en dernier. ” Quand le monstre s’est effondré après avoir bu le nectar sucré emmené par Ulysse, tout était calme dans la caverne. Ulysse et ses hommes ont pris la perche qu’ils avaient fait et ils l’ont mise dans le feu. Quand elle était bien chaude ils l’ont prise et ils l’ont mise avec force dans l’œil du Cyclope. Un cri terrible qui a secoué toute la montagne est venu de la gorge du monstre. Polyphème a mis ses mains sur son œil, criant et hurlant si fort que les Grecs ont été assourdi par le bruit. «Pourquoi est-il si sombre? Polyphème mugit. «Je ne vois rien”. Il a commencé à toucher les murs et le sol de la caverne, à la recherche d’Ulysse et ses compagnons. Les doigts énormes continuaient à frapper le sol près d’eux: ils étaient assez gros pour les écraser. Ulysse a couru la pile de peaux de mouton. Vite, il a jeté un peau à chaque homme. «Couvrez-vous avec les peaux et mettez-vous à quatre pattes. Ensuite, marchez vers l’entrée de la caverne. Dépêchez-vous ! » . Soudain, Ulysse a senti les doigts du Cyclopele toucher la peau de mouton qui recouvrait son dos: ils avaient un poids énorme. Polyphème a touché une autre peau d’un mouton, puis une autre et une autre encore. Sous chacune il y avait un Grec. Polyphème a rugi: «Ils se sont enfuis ! Ces malins ! Ils m’ont aveuglé et ils se sont enfuis, il n’y a que les moutons dans la caverne maintenant ! » Le plus vite qu’ils le pouvaient, Ulysse et ses compagnons sont sortis de la caverne, et une fois dehors ils se sont enlevés les peaux qui leur avaient sauvé la vie, et ils sont courus vers la plagei-faraglioni-dei-ciclopi-300x193. “La navire est trop endommagée, a dit rapidement Ulysse. “Mais la pinasse va très bien. Vite! Mettez-la dans l’eau et éloignons-nous de cette l’île. Entre-temps les frères de Polyphème ont entendu les cris horribles de Polyphème, et ils sont tous venus pour voir ce qui c’était passé. Connaissant très bien le tempérament de Polyphème, personne n’a eu le courage de lui demander ce qui se passait. Finalement Brontès a eu le courage : «Polyphème, qu’est-ce qui s’est passé? Pourquoi hurles et cries-tu si fort ? » Polyphème lui a répondu : «  Personne l’a fait ! ». Ses frères se regardaient entre eux, ne comprenant pas ce que Polyphème avait dit, et de nouveau les autres ont convaincu Brontès a demander encore:” Pourquoi pleures-tu si fort et qu’est-ce que t’est arrivé ? Polyphème a répondu : ” Personne l’a fait, aaah,Personne ne m’a aveuglé, et puis Personne avec ses hommes se sont enfuis, ils n’étaient pas des amis ! ». Maintenant, les cyclopes pensaient que Polyphème se moquait d’eux, et ils lui ont tourné le dos et ils s’en sont allés. Une fois à l’extérieur de la caverne, le groupe des six épreuves sont partis vers la navire que l’équipage avait déjà préparé pour le départ. Avec l’aide de la voile et des avirons, en peu de temps la navire s’est éloignée de la côte.

Pendant ce temps, Polyphème, qui avait deviné ce qui s’était passé, avait avancé, à tâtons, en essayant d’atteindre les fugitifs, mais il était trop tard. Les bateaux se dirigeaient rapidement vers la mer. À ce point, Ulysse, persuadé qu’il ne pouvait pas être atteint, de la proue de la navire, d’un ton de moquerie et non sans une bonne dose de fierté, a crié :”Polyphème, Polyphème! Si quelqu’un vient te demander qui t’a aveuglé, alors ne dis pas que cela a été Personne, mais Ulysse, roi d’Ithaque. ”

Le Cyclope, quand il a entendu ces paroles, est devenu furieux. Il avait entendu parler de ce roi d’Ithaque appelé Ulysse, et il savait que parfois Ulysse et sa flotte de navires bordaient la côte, et quand ils étaient près de Taormina Polyphème avec son frère Brontès lançaient contre lui des énormes rochers, et ils n’étaient jamais réussi à le toucher. Blême de rage, il a concentré ses efforts, et il a arraché le sommet d’une colline et il l’a lancé dans la direction d’où venait la voix d’Ulysse.

Le geste n’a eu aucun effet. La navire flottait doucement aux ondes produites par la chute du rocher et a pris la mer à la voile expliqué. Polyphème ne s’est pas fermé, et il a saisi la crête d’une colline et il l’a lancé contre la navire. Mais cette deuxième tentative a échoué lamentablement.

Les mécréants peuvent se demander si tout ceci est la vérité, mais il est facile à vérifier: les sommets des collines sont toujours là, dans la mer de Acitrezza, quelques centaines de mètres de la côte se trouvent les fameuses « Faraglioni dei Ciclopi » ( les Falaises des Cyclopes ». Désespéré, Polyphème a ouvert ses bras vers le ciel et il a prié son père Poséidon, le Dieu de la mer.

“Père – a imploré le Cyclope – fait si que Ulysse souffre comme je souffre, et fait si qu’il ne pourra pas arriver à la maison qu’après avoir eu des nombreuses péripéties, et qu’il y arrive sans navire et sans ses compagnons. »

Ulysse et ses hommes, avec un vent favorable, en moins d’un jour, sont arrivés aux îles Eoliennes, où habitait Eole, le dieu des vents.

Beaucoup d’autres aventures attendait Ulysse et ses compagnons avant qu’ils puissent finalement arriver en Grèce et à la maison. Mais ils se sont rappelés pour toujours e toujours la nuit où ils se sont sauvés du Cyclope comme la nuit plus hideuse et dangereuse de toutes.